La ruine de l’islam coranique

L’islam coranique représente pour les patrons du projet biblique l’un des problèmes primordiaux, qui relève de la culturologie à l’échelle mondiale.

L’acuité du problème s’explique par le fait que la doctrine politique mondiale, qui anime des activités politiques de l’Occident, est la résultante de deux principes:

  • les juifs sont supérieurs aux autres hommes, et ces derniers sont obligés d’être respectueusement tolérant à leur égard,
  • l’acquisition du monde avec tous ses habitants et biens grâce au monopole multinational judaïque d’usure.

Bien que ces principes ne soient ouvertement déclarés, ils sont rigoureusement réalisés «par défaut».

En vérité le Coran réprouve la doctrine de supériorité des juifs sur d’autres hommes et de façon formelle défend l’usure, en la considérant comme étant une variété du satanisme. Malgré que ces principes ne soient pas traduits en pratique politique des pays musulmans, basée sur une conception toute contraire à l’esclavage biblique, ceux qui se croient être vrais musulmans ne s’en rendant pas compte, les patrons de l’Occident, quant à eux, ils comprennent bien que le Coran menace l’institution du régime mondial de leur pouvoir. D’où leur envie de le vouer à l’oubli historique.

Comment les patrons de l’Occident pourraient voire la résolution «du problème de l’Islam»: l’opération à multiples issues: